Jump to content
Forum Parieur-Sportif.com

Actualités Football 2019


marcP
 Share

Recommended Posts

Oui ben quand on supporte le Barça, je vous promets que c'est moins marrant... Heureusement que mon Moussa Sissoko s'est qualifié le lendemain, et quelle qualif extraordinaire là aussi! Bon du coup, je serais pour Tottenham, j'ai jamais trop aimé Liverpool.

Et mon rêve ultime niveau foot, c'est d'aller au Celtic Park voir un Old Firm. Sans parler d'un Boca-River B)

'Le football c'est 60% de travail, 20% de chance et 20% de malchance.' Hector Cuper
'Les paris c'est 60% de travail, 20% de chance et 20% de malchance.' Ferenk
 

 

Link to comment
Share on other sites

Au fait, BREST EST EN LIGUAINNNNNNNN!

J'étais pas au stade et heureusement parce que j'étais malade comme un chien et que le temps était digne d'un mois de novembre. Mais ça reste une heureuse nouvelle! Enfin je plains les dirigeants parce que là, le chantier est ouvert. Il faut trouver un nouvel entraîneur et un nouveau staff (Dall'Oglio semble désormais être le nom en pole position), il faudra construire un groupe compétitif pour la Ligue 1 dans cette belle bande de potes (bon courage au futur coach donc...). J'avoue être un peu triste, de manière personnelle, de quitter cette Ligue 2. Elle avait son charme, et puis surtout bon, les places n'étaient pas chères. J'ai peur de l'explosion des tarifs la saison prochaine comme lors de notre dernier passage en Ligue 1. J'étais alors jeune étudiant et je n'étais aller voir qu'un match, un Brest-OM tout pourri (0-0 en décembre), 50 euros pour être sous la pluie... Il a son charme Francis Le Blé, forcément j'y ai vécu la quasi-intégralité de mes émotions footballistiques mais si vous n'y avez jamais mis les pieds, regardez donc à quoi ressemble la tribune principale :

image.png.799858b9fa608392bdc6bd7141c02439.png

Et si vous voulez venir, amis rennais, amis nantais, désertez le 'parcage' visiteurs, ou alors regardez bien la météo avant :

image.thumb.png.647c0f6587893b1050b1b8571eb0e075.png

Je parle de ça, mais on va le perdre Le Blé, et forcément je serais un peu triste. Le chantier du nouveau stade va être lancé et si c'est bien celui qu'on a pu voir sur des maquettes, ben ça ressemble à tout sauf à un stade de foot. On aurait pu avoir un stade à l'anglaise, qui correspond bien à l'ambiance populo du public, entre modernité et tradition, un stade genre La Meinau en plus petit. Non, on aura un espèce d'OVNI massif, lieu multiple, posé au milieu de rien, style Stade Océane au Havre, pas du tout représentatif de l'identité de la ville, pas du tout là pour que l'adversaire sente qu'il va mettre les pieds dans un endroit hostile.

Bref, je m'éloigne du sujet, on est en Ligue 1! Et Guingamp va descendre. Que demande le peuple?

'Le football c'est 60% de travail, 20% de chance et 20% de malchance.' Hector Cuper
'Les paris c'est 60% de travail, 20% de chance et 20% de malchance.' Ferenk
 

 

Link to comment
Share on other sites

Robert Pires interview du Parisien,après la qualif des clubs anglais.(C'est vraiment ça quand je regarde des matchs de premier League,ne jamais lâcher)

Le champion du monde 98 estime que la mentalité des footballeurs Outre-Manche est incomparable et explique leur réussite après les exploits de Liverpool et Tottenham en demi-finales de Ligue des champions.

 
 
 

Le champion du monde 98 a évolué sept saisons en Angleterre dont six à Arsenal. Il juge la réussite actuelle des clubs anglais en Coupe d’Europe. Pour lui, les clubs de Premier League ne sont pas devenus meilleurs mais leur état d’esprit, qui a permis ces désormais fameux renversements de situation en demi-finales de Ligue des champions, reste le plus solide d’Europe.

Cela faisait onze ans qu’une finale de Ligue des champions n’avait pas opposé deux clubs anglais. Est-ce un hasard pour vous ?

 

ROBERT PIRES. Non, mais je ne pense pas qu’on puisse parler de progression du foot anglais. Il est toujours au même niveau. Mais on sort juste d’une domination espagnole qui vient de se terminer avec notamment les deux clubs de Madrid qui marchaient sur tout le monde. Comme c’est fini, d’autres prennent la place.

Pourtant, l’objectif principal d’un club anglais en début de saison n’est pas la Ligue des champions…

Non, c’est le championnat d’Angleterre. Ce titre est le plus valorisant car c’est une bataille violente qui dure dix mois. En revanche, il ne faut pas être surpris des retournements de situations de Liverpool et Tottenham. Seuls des clubs anglais peuvent faire ça.

Pourquoi ?

On parle de leur fameux « spirit » (esprit) mais c’est une réalité. En Angleterre, tant que le match n’est pas fini, on joue à fond. C’est ce que j’ai appris dans ce pays. Les cadeaux, ça n’existe pas. Des fois, on menait 3-0 à dix minutes de la fin et nos adversaires poussaient pourtant comme des malades. C’est d’ailleurs l’erreur de l’Ajax d’avoir arrêté de jouer à 2-0 mercredi face à Tottenham.

Ce n’est donc pas une simple question de moyens financiers…

Non, sinon Manchester City aurait déjà gagné la Ligue des champions. La vraie force de Liverpool et Tottenham, c’est d’avoir deux coachs, Klopp et Pochettino, ayant eu le temps de travailler avec des présidents qui leur font confiance. Cette sérénité paie aujourd’hui.

Qui sera le favori en finale le 1er juin prochain ?

Il faudrait être fou pour annoncer un favori, surtout après ce qui s’est passé lors des demi-finales ! Ces deux clubs se connaissent par cœur. Il y a une semaine, j’aurai parié sur une victoire finale de Barcelone mais le Barça est allé dans le pire stade au monde pour gérer son avance, Anfield Road.

Comment expliquez-vous que le foot anglais transcende des joueurs que certains imaginaient moyens en France comme Origi (Liverpool) ou incapable de progresser comme Lucas (Tottenham) ?

Parce que la notion de surpassement n’existe qu’en Angleterre. Il y a une notion de la vaillance ajoutée à l’envie de produire du beau jeu. Dans les équipes anglaises, la première notion, c’est le collectif, pas l’individualité. Et quand le groupe pousse et se bat jusqu’à la dernière seconde, un joueur comme Lucas se découvre une motivation décuplée. C’est tout le charme de l’Angleterre.

Les clubs anglais brillent aussi en Ligue Europa qui est pourtant une compétition de troisième zone pour eux…

Oui, car le championnat, La Ligue des champions et les coupes nationales ont plus de saveur. Mais depuis que le vainqueur gagne son billet pour la Ligue des champions suivante, c’est devenu une belle carotte.

Link to comment
Share on other sites

Bon ferenk,j'ai commencé à ma mettre ma casquette,mon écharpe + mon maillot des  Reds.J'ai toujours aimé cette équipe.Mon coup de cœur de cette équipe est Steven Gerrard.En plus cette communion entre supporter et leur équipe est assez grandiose.Puis ce chant qui prend aux tripes le fameux   «You'll Never Walk Alone».

Je vais passer une belle soirée,j’espère que mon fiston qui est un fan de Tottenham,viendra partager quelques bières et les pizzas qui vont avec.Message perso ne t’inquiètes  pas,je paye tout:lol:.

Link to comment
Share on other sites

Mais j'ai un respect immense pour Liverpool, mais j'ai du mal tout simplement à vraiment être derrière eux pourtant que de soirées exceptionnelles (contre Alavès, le grand Milan, Chelsea, Dortmund...). Je suis content aussi quand ils tombent. Je crois qu'il y a une pointe de jalousie : pourquoi tant d'amour pour eux et pas pour d'autres.

En parlant de 'You'll never walk alone', il y a une vidéo hallucinante du chant dans un stade australien pour un amical de Liverpool là-bas. Avec 90 000 fans là bas qui reprennent le chant, c'est fantastique. Mais le plus beau, celui qui me tire toujours les larmes aux yeux, ça reste celui-ci :

 

Sinon, une anecdote sur Stevie G. Après la victoire en Ligue des Champions en 2005, il est d'accord pour partir à Chelsea. Mais il fait crise d'angoisse sur crise d'angoisse et finalement décide de rester à Liverpool. Son cousin est mort dans le drame du Heysel, c'est un scouser pur jus, il a toujours vécu dans un rayon de 30 kilomètres à faire le même trajet tous les jours. Impossible de partir.

Si tu aimes Liverpool et la littérature, il y a un bouquin magnifique, un pavé au style unique, limite une chanson de geste à la gloire de la ville, du club et de son entraîneur légendaire Bill Shankly, c'est 'Rouge ou Mort' de David Peace. Il y a toute l'essence du football dedans, tout sur le métier d'entraîneur, la répétition, les habitudes, la solitude aussi, et l'esprit d'une ville ouvrière.

'Le football c'est 60% de travail, 20% de chance et 20% de malchance.' Hector Cuper
'Les paris c'est 60% de travail, 20% de chance et 20% de malchance.' Ferenk
 

 

Link to comment
Share on other sites

Magnifique vidéo ferenk.

De retour dans sa « famille » du Celtic Glasgow, le temps d’un match caritatif, l’ancien footballeur Stiliyan Petrov, atteint de leucémie, s’est vu rendre un superbe hommage par les supporters de Celtic Park.

 
Le 30 mars 2012, six jours après une défaite 3-0 face à Arsenal qu’il avait terminée souffrant d’une terrible fièvre, Stiliyan Petrov, apprenait qu’il souffrait d’une leucémie. A l’époque joueur d’Aston Villa, le Bulgare de 34 ans arrête alors immédiatement sa carrière afin de se concentrer sur son traitement, entouré de sa famille. Une absence médiatique forcée, mais qui n’enleva rien au souvenir laissé par le milieu de terrain au public du Celtic Park, devant lequel il évolua durant sept années (1999 à 2006). A tel point que ce dimanche, les 60 000 spectateurs du plus fidèle stade d’Europe ont répondu favorablement à l’invitation de leur ancien joueur, qui organisait un match de charité pour aider à financer la lutte contre le cancer. A la 19e minute (son numéro de maillot) de l’exhibition, les supporters du Celtic commencèrent à faire ce qu’ils savent faire mieux que personne : chanter leur célèbre You’ll never walk alone, à un Petrov en larmes. En termes d’hommage, pas sûr qu’on puisse faire beaucoup mieux.
Link to comment
Share on other sites

L'ancien milieu de terrain du FC Nantes, Jordan Veretout, va quitter la Fiorentina pour rejoindre Naples.

Auteur de sa meilleure saison sous le maillot de la Fiorentina (5 buts, 3 passes décisives), Jordan Veretout (26 ans) a trouvé un accord contractuel de cinq ans avec Naples. 

Son désir de jouer la plus prestigieuse des compétitions européennes, la Ligue des champions, est donc exaucé. Le deuxième de Série A avait fait de Veretout une priorité pour ce mercato d'été en raison du départ annoncé due son milieu brésilien Allan.

Convoité par le PSG et Dormund, l'ex-Canari a choisi de poursuivre l'aventure italienne, commencé lors de son transfert du FCN à la Fiorentina en 2017.

Le Napoli de Carlo Ancelotti devrait débourser au moins 27 millions d'euros pour s'offrir ses services. Les négociations entre le club florentin et le club napolitain sont en cours.

Link to comment
Share on other sites

  • Un reportage sur le transfert et la mort de Sala sera diffusé dans l’émission « L’Equipe Enquête » sur la chaîne L’Equipe mercredi soir.
  • En privé, il ne mâche pas ses mots à l’encontre de sa direction. Mercredi soir, l’émission L’Équipe Enquête diffusera un reportage consacré à « Emiliano Sala, les secrets d’un destin brisé ». Dans ce sujet d’un peu plus d’une heure que 20 Minutes a pu visionner, une note vocale (inédite) adressée par Emiliano Sala à un de ses proches a retenu notre attention. Il l’envoie le 6 janvier, soit 13 jours avant son transfert à Cardiff City et 15 jours avant sa disparition. Il évoque un appel de Franck Kita, directeur général délégué du FCN, à Meissa N’Diaye, l’agent de l’Argentin.
  •  
     
     

    « Eux [Waldemar et Franck Kita] veulent me vendre. Il y a l’offre de Cardiff aujourd’hui. De leur côté, ils ont négocié pour gagner beaucoup d’argent. Donc eux veulent absolument que je parte là-bas. C’est vrai que c’est un bon contrat, mais sportivement, ce n’est pas intéressant pour moi. Eux essayent par tous les moyens que j’aille là-bas. Moi, je n’ai pas peur d’aller là-bas. Mais, je me dis que Meissa doit me trouver quelque chose de mieux d’ici à la fin du mercato. »

    « Lui, il ne s'intéresse qu'à l'argent »

    Emiliano Sala explique à son proche qu’il ne veut et peut plus rester à Nantes : « Meissa, il a dit non à Cardiff car il ne veut pas que j’aille là-bas. Il pense qu’on est dans une situation de force dans tous les domaines par rapport au foot, au contrat etc. Mais, moi, je m’en fous d’être en position de force. C’est vrai que j’aimerais trouver quelque chose d’intéressant au niveau sportif et contractuel, mais parfois tu ne peux pas les deux. »

    Il poursuit alors sans concession avec le président nantais : « D’un autre côté, je ne veux pas parler avec Kita parce que je n’ai pas envie de m’énerver. C’est une personne qui me dégoûte quand il est en face de moi. Lui, aujourd’hui, il veut me vendre à Cardiff car il a fait une super négociation, il va rentrer l’argent qu’il veut. Lui, il veut que je parte là-bas, il ne m’a même pas demandé à moi. Lui, il ne s’intéresse qu’à l’argent. […] Je ne sais pas quoi faire car comme je t’ai dit c’est moi qui dois me lever tous les matins et voir le visage de cette personne-là. […] Donc, c’est très dur, très dur parce que j’ai l’impression qu’il n’y a pas beaucoup de gens qui se mettent à ma place. »

    Pour rappel, Emiliano Sala s'était engagé pour un salaire de près de 300.000 euros mensuels avec Cardiff, soit 6 fois plus que ce qu'il touchait à Nantes.

    Kita « surpris de cette haine »

    Ce mardi matin, le journal L'Equipe révèle que le président Kita se défend en réaction à ce reportage qui ne l’épargne pas. « Je suis un peu surpris de cette haine à mon égard. Surpris et déçu car je me comporte du mieux possible avec les gens. » Il poursuit sur le règlement du transfert (17 millions d’euros) qu’il n’a toujours touché : « Je ne veux même pas de cet argent et peut-être que je ne le toucherai jamais. Mais n’oubliez pas qu’il y a Bordeaux et on doit le rémunérer [Bordeaux doit toucher 50 % du transfert]. […] Je ne joue pas avec cela. Je ne suis pas un comédien. J’étais davantage bouleversé que certains le croient. »

Link to comment
Share on other sites

Dingue, un norvégien a inscrit un ... nonuplé lors de la coupe du monde des U20 qui se déroule en ce moment en Pologne. Lors de la victoire 12-0 de la Norvège contre le Honduras, Erling Braut Hauland, le jeune joueur de Salzburg, a marqué 9 buts.

Je n'ose imaginer la cote d'un tel pari!

'Le football c'est 60% de travail, 20% de chance et 20% de malchance.' Hector Cuper
'Les paris c'est 60% de travail, 20% de chance et 20% de malchance.' Ferenk
 

 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Franck Kita apprécie les hôtels et restaurants parisiens. Ces derniers jours, le directeur général délégué du FC Nantes multiplie les rendez-vous dans la capitale pour faire face à un double agenda : le processus de vente et le mercato. Le calendrier de la cession du club est désormais plus clair. Comme indiqué dans nos colonnes la semaine dernière, un accord global avec un fonds d'investissement anglais dirigé par Benjamin Leigh Hunt autour d'une vente à 80 M€ a été trouvé. Pour valider ce processus, le passage, indispensable, devant la DNCG, a été fixé à mardi prochain. Mais cette période de transition va laisser des traces.

Car pendant ce temps, les chantiers s'accumulent. La question brûlante de l'entraîneur n'a pas été tranchée. Dans les deux camps, ces dernières heures, on se refilait encore la patate chaude de qui limogerait Vahid Halilhodzic et lui verserait ses indemnités. Pendant ce temps-là, Sabri Lamouchi, désigné par le fonds d'investissement comme le futur entraîneur, patiente.

Dans le camp anglais, on repousse pour l'instant toute forme de communication publique en attendant, explique-t-on en privé, le futur passage devant l'instance de contrôle de gestion. Ce qui ajoute à l'impression de flou et offre aux propriétaires actuels toute latitude en matière de recrutement : «Les Anglais vont acheter une maison, très chère, et il y aura déjà tous les meubles dedans», glisse malicieusement un acteur du dossier.

La stratégie de recrutement pilotée par l'agent Mogi Bayat

Ces dernières semaines, la famille Kita, qui a négocié son intégration à la future gouvernance (Waldemar conservera ainsi son siège au conseil d'administration de la Ligue), a donné la quasi-intégralité du pouvoir décisionnaire en matière de recrutement à Mogi Bayat.

Déjà présent aux côtés des Kita depuis plusieurs mercatos - à l'origine des arrivées de Gillet, Kayembe, Mbodji, El Ghanassy et Coulibaly...- l'agent franco-iranien, personnage central du « Footbelgate », une affaire de fraudes présumées dans le football belge (*), peut être perçu aujourd'hui comme le directeur sportif officieux du FC Nantes. «Il vous appelle comme s'il était en charge de la politique de recrutement du club», s'étonne un intermédiaire étranger qui a échangé avec Bayat récemment. Tous les dossiers, initié (le milieu Adrien Trebel), finalisé (le latéral Dennis Appiah) ou négocié (l'ancien Messin Opa Nguette) l'ont été par l'agent. «C'est lui qui négocie les contrats», poursuit-on dans l'entourage du club. Le nom de l'attaquant du Spartak Moscou Sofiane Hanni, ex-Nantais passé par Anderlecht et le réseau Bayat, a été soufflé également. Mogi Bayat est donc un élément clé de cette période de transition. Où d'autres personnages inattendus resurgissent. Comme Gilles Favard, ex-conseiller sportif (2009-2011)...

Une vente pas encore finalisée, un agent autodésigné directeur sportif, des recrues pas toujours validées en interne, un coach sur le départ, un autre en attente, ainsi va le drôle de quotidien du FC Nantes en ce printemps 2019...

(*) L'enquête belge est toujours en cours. Bayat a passé un mois en fin d'année 2018 dans la prison de Louvain, avant d'être libéré sous caution.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...
Christian Gourcuff va bientôt devenir manager général du FC Nantes.
Christian Gourcuff va bientôt devenir manager général du FC Nantes. — Philippe HUGUEN / AFP

Auteurs d’un début de saison remarquable et récompensé par une deuxième place en championnat derrière le PSG, le FC Nantes et son entraîneur Christian Gourcuff semblent bien partis pour prolonger l’aventure ensemble un bon moment.

En effet, selon nos informations, la direction envisage très sérieusement d’étendre les prérogatives de l’entraîneur breton et de le nommer manager général des Canaris, comme cela se fait beaucoup en Angleterre.

Prolongation de contrat en vue

L’info, confirmée à 20 Minutes par la direction du club vendredi, n’a en revanche pas encore été officialisée. Quoi qu’il arrive, cette nouvelle sous-entend également que Gourcuff devrait signer dans le même temps une prolongation de contrat, lui qui avait souhaité en arrivant en août dernier ne parapher qu’un engagement d’un an.

Grand admirateur du fameux « jeu à la nantaise » théorisé par le mythique entraîneur de l’époque Jean-Claude Suaudeau (1982-1988 et 1991-1997), Christian Gourcuff, 64 ans, semble donc motivé à l’idée de s’inscrire dans la durée dans un club marqué ces dernières années par une instabilité chronique au niveau de son banc. Voilà une nouvelle qui devrait ravir les supporters et leur donner foi en l’avenir sportif de leur club de cœur.:rolleyes:

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

FC Nantes. Les Canaris marcheront avec Macron la saison prochaine

Actuellement habillés par New Balance, les Canaris changeront d’équipementier la saison prochaine.

Le FC Nantes devrait changer d’équipementier la saison prochaine ; Macron devrait remplacer New Balance.
Le FC Nantes devrait changer d’équipementier la saison prochaine ; Macron devrait remplacer New Balance. | PHOTO PO-NATHALIE BOURREAU Afficher le diapor
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

FC Nantes. Les Canaris marcheront avec Macron la saison prochaine

Actuellement habillés par New Balance, les Canaris changeront d’équipementier la saison prochaine.

Le FC Nantes devrait changer d’équipementier la saison prochaine ; Macron devrait remplacer New Balance.
Le FC Nantes devrait changer d’équipementier la saison prochaine ; Macron devrait remplacer New Balance. 
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • 1 year later...
Raymond Domenech, l'entraîneur de Nantes, a été démis de ses fonctions par Waldemar Kita, confirme l'AFP. Selon 20 Minutes, Antoine Kombouaré va le remplacer et devenir le 16e entraîneur l'ère Kita.
 

Raymond Domenech et Nantes, c'est déjà la fin. L'AFP le confirme, l'entraîneur a été démis de ses fonctions d'entraîneur par Waldemar Kita, le président. Son remplaçant serait déjà trouvé. Selon 20 Minutes et Ouest-France, il s'agirait d'Antoine Kombouaré, libre depuis son éviction de Toulouse en janvier 2020. L'ancien défenseur du PSG devrait ainsi devenir le 16e entraîneur de l'ère Kita. Eurosport indique toutefois que c'est bien Raymond Domenech qui a assuré, à distance en raison de son isolement pour un test négatif au Covid-19, la causerie avant la rencontre de Coupe de France face à Lens ce mercredi.

Un nouveau camouflet pour le dirigeant un peu plus d'un mois seulement après avoir nommé l'ancien sélectionneur de l'équipe de France sur le banc en remplacement de Christian Gourcuff. L'ancien Lyonnais va ainsi passer moins de temps que Jean-Marc Furlan (2 mois et 9 matchs) sur le banc nantais, technicien le plus éphémère depuis 2007.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share

×
×
  • Create New...