Jump to content
Forum Parieur-Sportif.com

jc44

Members
  • Content Count

    2,462
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    327

jc44 last won the day on May 20

jc44 had the most liked content!

6 Followers

About jc44

  • Rank
    Advanced Member

Profile Information

  • Gender
    Not Telling

Recent Profile Visitors

1,381 profile views
  1. Un reportage sur le transfert et la mort de Sala sera diffusé dans l’émission « L’Equipe Enquête » sur la chaîne L’Equipe mercredi soir. En privé, il ne mâche pas ses mots à l’encontre de sa direction. Mercredi soir, l’émission L’Équipe Enquête diffusera un reportage consacré à « Emiliano Sala, les secrets d’un destin brisé ». Dans ce sujet d’un peu plus d’une heure que 20 Minutes a pu visionner, une note vocale (inédite) adressée par Emiliano Sala à un de ses proches a retenu notre attention. Il l’envoie le 6 janvier, soit 13 jours avant son transfert à Cardiff City et 15 jours avant sa disparition. Il évoque un appel de Franck Kita, directeur général délégué du FCN, à Meissa N’Diaye, l’agent de l’Argentin. « Eux [Waldemar et Franck Kita] veulent me vendre. Il y a l’offre de Cardiff aujourd’hui. De leur côté, ils ont négocié pour gagner beaucoup d’argent. Donc eux veulent absolument que je parte là-bas. C’est vrai que c’est un bon contrat, mais sportivement, ce n’est pas intéressant pour moi. Eux essayent par tous les moyens que j’aille là-bas. Moi, je n’ai pas peur d’aller là-bas. Mais, je me dis que Meissa doit me trouver quelque chose de mieux d’ici à la fin du mercato. » « Lui, il ne s'intéresse qu'à l'argent » Emiliano Sala explique à son proche qu’il ne veut et peut plus rester à Nantes : « Meissa, il a dit non à Cardiff car il ne veut pas que j’aille là-bas. Il pense qu’on est dans une situation de force dans tous les domaines par rapport au foot, au contrat etc. Mais, moi, je m’en fous d’être en position de force. C’est vrai que j’aimerais trouver quelque chose d’intéressant au niveau sportif et contractuel, mais parfois tu ne peux pas les deux. » Il poursuit alors sans concession avec le président nantais : « D’un autre côté, je ne veux pas parler avec Kita parce que je n’ai pas envie de m’énerver. C’est une personne qui me dégoûte quand il est en face de moi. Lui, aujourd’hui, il veut me vendre à Cardiff car il a fait une super négociation, il va rentrer l’argent qu’il veut. Lui, il veut que je parte là-bas, il ne m’a même pas demandé à moi. Lui, il ne s’intéresse qu’à l’argent. […] Je ne sais pas quoi faire car comme je t’ai dit c’est moi qui dois me lever tous les matins et voir le visage de cette personne-là. […] Donc, c’est très dur, très dur parce que j’ai l’impression qu’il n’y a pas beaucoup de gens qui se mettent à ma place. » Pour rappel, Emiliano Sala s'était engagé pour un salaire de près de 300.000 euros mensuels avec Cardiff, soit 6 fois plus que ce qu'il touchait à Nantes. Kita « surpris de cette haine » Ce mardi matin, le journal L'Equipe révèle que le président Kita se défend en réaction à ce reportage qui ne l’épargne pas. « Je suis un peu surpris de cette haine à mon égard. Surpris et déçu car je me comporte du mieux possible avec les gens. » Il poursuit sur le règlement du transfert (17 millions d’euros) qu’il n’a toujours touché : « Je ne veux même pas de cet argent et peut-être que je ne le toucherai jamais. Mais n’oubliez pas qu’il y a Bordeaux et on doit le rémunérer [Bordeaux doit toucher 50 % du transfert]. […] Je ne joue pas avec cela. Je ne suis pas un comédien. J’étais davantage bouleversé que certains le croient. »
  2. L'ancien milieu de terrain du FC Nantes, Jordan Veretout, va quitter la Fiorentina pour rejoindre Naples. Auteur de sa meilleure saison sous le maillot de la Fiorentina (5 buts, 3 passes décisives), Jordan Veretout (26 ans) a trouvé un accord contractuel de cinq ans avec Naples. Son désir de jouer la plus prestigieuse des compétitions européennes, la Ligue des champions, est donc exaucé. Le deuxième de Série A avait fait de Veretout une priorité pour ce mercato d'été en raison du départ annoncé due son milieu brésilien Allan. Convoité par le PSG et Dormund, l'ex-Canari a choisi de poursuivre l'aventure italienne, commencé lors de son transfert du FCN à la Fiorentina en 2017. Le Napoli de Carlo Ancelotti devrait débourser au moins 27 millions d'euros pour s'offrir ses services. Les négociations entre le club florentin et le club napolitain sont en cours.
  3. Magnifique vidéo ferenk. De retour dans sa « famille » du Celtic Glasgow, le temps d’un match caritatif, l’ancien footballeur Stiliyan Petrov, atteint de leucémie, s’est vu rendre un superbe hommage par les supporters de Celtic Park. Le 30 mars 2012, six jours après une défaite 3-0 face à Arsenal qu’il avait terminée souffrant d’une terrible fièvre, Stiliyan Petrov, apprenait qu’il souffrait d’une leucémie. A l’époque joueur d’Aston Villa, le Bulgare de 34 ans arrête alors immédiatement sa carrière afin de se concentrer sur son traitement, entouré de sa famille. Une absence médiatique forcée, mais qui n’enleva rien au souvenir laissé par le milieu de terrain au public du Celtic Park, devant lequel il évolua durant sept années (1999 à 2006). A tel point que ce dimanche, les 60 000 spectateurs du plus fidèle stade d’Europe ont répondu favorablement à l’invitation de leur ancien joueur, qui organisait un match de charité pour aider à financer la lutte contre le cancer. A la 19e minute (son numéro de maillot) de l’exhibition, les supporters du Celtic commencèrent à faire ce qu’ils savent faire mieux que personne : chanter leur célèbre You’ll never walk alone, à un Petrov en larmes. En termes d’hommage, pas sûr qu’on puisse faire beaucoup mieux.
  4. Elle n'était vraiment pas loin.Moi ce que j'aime dans ce genre de prono,c'est que l'équipe adverse marque en premier,ça oblige l'équipe à domicile à faire le boulot devant ses son public
  5. Merci ferenk pour le bouquin.Oui une ambiance de dingue chez le Celtic.C'est magnifique
  6. Dommage pour le péno raté par le Torino.Mais l'égalisation n'est pas loinmon Norbert
  7. Bon ferenk,j'ai commencé à ma mettre ma casquette,mon écharpe + mon maillot des Reds.J'ai toujours aimé cette équipe.Mon coup de cœur de cette équipe est Steven Gerrard.En plus cette communion entre supporter et leur équipe est assez grandiose.Puis ce chant qui prend aux tripes le fameux «You'll Never Walk Alone». Je vais passer une belle soirée,j’espère que mon fiston qui est un fan de Tottenham,viendra partager quelques bières et les pizzas qui vont avec.Message perso ne t’inquiètes pas,je paye tout.
  8. Tout à fait d'accord avec toi.Des résultats déroutants,qui trouble nos neurones
  9. Pas grave Norbert.Car c'est chouette quand tu pronostiques.Le bleu est pour bientôt
  10. Robert Pires interview du Parisien,après la qualif des clubs anglais.(C'est vraiment ça quand je regarde des matchs de premier League,ne jamais lâcher) Le champion du monde 98 estime que la mentalité des footballeurs Outre-Manche est incomparable et explique leur réussite après les exploits de Liverpool et Tottenham en demi-finales de Ligue des champions. Le champion du monde 98 a évolué sept saisons en Angleterre dont six à Arsenal. Il juge la réussite actuelle des clubs anglais en Coupe d’Europe. Pour lui, les clubs de Premier League ne sont pas devenus meilleurs mais leur état d’esprit, qui a permis ces désormais fameux renversements de situation en demi-finales de Ligue des champions, reste le plus solide d’Europe. Cela faisait onze ans qu’une finale de Ligue des champions n’avait pas opposé deux clubs anglais. Est-ce un hasard pour vous ? ROBERT PIRES. Non, mais je ne pense pas qu’on puisse parler de progression du foot anglais. Il est toujours au même niveau. Mais on sort juste d’une domination espagnole qui vient de se terminer avec notamment les deux clubs de Madrid qui marchaient sur tout le monde. Comme c’est fini, d’autres prennent la place. Pourtant, l’objectif principal d’un club anglais en début de saison n’est pas la Ligue des champions… Non, c’est le championnat d’Angleterre. Ce titre est le plus valorisant car c’est une bataille violente qui dure dix mois. En revanche, il ne faut pas être surpris des retournements de situations de Liverpool et Tottenham. Seuls des clubs anglais peuvent faire ça. Pourquoi ? On parle de leur fameux « spirit » (esprit) mais c’est une réalité. En Angleterre, tant que le match n’est pas fini, on joue à fond. C’est ce que j’ai appris dans ce pays. Les cadeaux, ça n’existe pas. Des fois, on menait 3-0 à dix minutes de la fin et nos adversaires poussaient pourtant comme des malades. C’est d’ailleurs l’erreur de l’Ajax d’avoir arrêté de jouer à 2-0 mercredi face à Tottenham. Ce n’est donc pas une simple question de moyens financiers… Non, sinon Manchester City aurait déjà gagné la Ligue des champions. La vraie force de Liverpool et Tottenham, c’est d’avoir deux coachs, Klopp et Pochettino, ayant eu le temps de travailler avec des présidents qui leur font confiance. Cette sérénité paie aujourd’hui. Qui sera le favori en finale le 1er juin prochain ? Il faudrait être fou pour annoncer un favori, surtout après ce qui s’est passé lors des demi-finales ! Ces deux clubs se connaissent par cœur. Il y a une semaine, j’aurai parié sur une victoire finale de Barcelone mais le Barça est allé dans le pire stade au monde pour gérer son avance, Anfield Road. Comment expliquez-vous que le foot anglais transcende des joueurs que certains imaginaient moyens en France comme Origi (Liverpool) ou incapable de progresser comme Lucas (Tottenham) ? Parce que la notion de surpassement n’existe qu’en Angleterre. Il y a une notion de la vaillance ajoutée à l’envie de produire du beau jeu. Dans les équipes anglaises, la première notion, c’est le collectif, pas l’individualité. Et quand le groupe pousse et se bat jusqu’à la dernière seconde, un joueur comme Lucas se découvre une motivation décuplée. C’est tout le charme de l’Angleterre. Les clubs anglais brillent aussi en Ligue Europa qui est pourtant une compétition de troisième zone pour eux… Oui, car le championnat, La Ligue des champions et les coupes nationales ont plus de saveur. Mais depuis que le vainqueur gagne son billet pour la Ligue des champions suivante, c’est devenu une belle carotte.
  11. Pauvre papa.En plus il prend un jeu de mots de son fiston.Plus de jeunesse mon Norbert
×
×
  • Create New...